Facebook fait évidemment partie des réseaux sociaux les plus populaires depuis un bon moment. Il est utilisé par des millions d’utilisateurs et ne cesse de prendre de plus en plus d’ampleur. Ses nombreux utilisateurs, très dynamiques tapent perpétuellement de nouvelles publications jours après jours sur le site. Mark Zuckerberg est alors à l’affut quant au flux permanent d’information sur la plateforme.

C’est pourquoi ce dernier a décidé de s’attaquer aux « clickbait title ». Ce sont alors des titres d’articles publiés qui ne coïncide aucunement avec le contenu de la publication en question. On peut citer différents exemples de titres mensongers comme ceux commençant par « vous n’aller jamais croire… »  ou bien « regardez ce que… ». La plupart du temps, les articles concernés ne répondent en aucun mot au titre indiqué. D’un autre côté, on peut imaginer que pour l’auteur de ce genre d’article, le titre va lui permettre d’attirer d’avantages de publics mais pour Facebook le problème se pose au niveau de son flux de publications. En effet, il retrouve alors souvent ce type d’articles au sommet de ses contenus les plus consultés. Il est donc venu le temps pour Facebook de vouloir bousculer ces habitudes notoires qu’ont certains de ses utilisateurs. Ainsi, le géant des réseaux sociaux a mis en place le développement de nouveaux algorithmes permettant d’identifier des mots ou suites de mots avec lesquels les « clickbait title » on l’habitude d’être caractérisés. En conséquence, ces titres mensongers détectés seront alors descendus au plus bas du fil d’actualité et les auteurs de ces articles seront alors sanctionnés du point de vue de leur notoriété.

Le clickbait n’est pas un sujet méconnu, on le retrouve de plus en plus utilisé dans toutes sortes de réseaux sociaux. On peut citer cette montée du clickbait en corrélation avec une montée de plus en plus forte de rémunérations liées aux contenus publiés. Un exemple qui le démontre très bien est alors Youtube qui compte désormais un nombre impressionnant de Youtubeurs, des utilisateurs pouvant vivre de leurs contenus grâce à une rémunération engendrée par la publicité affichée sur leurs vidéos. A côté de cela, on retrouve de plus en plus de vidéos concernées par le « clickbaite title » dans les vidéos les plus visionnées.